Des Livres à soi Afficher le menu
Retour sur la réunion de coordination nationale «Des Livres à soi».

Retour sur la réunion de coordination nationale «Des Livres à soi».

Inscrite dans le cadre des Journées Nationales d'Action contre l'Illettrisme initiées par l’ANLCI, cette importante réunion qui s'est tenue le 10 septembre a été l’occasion de revenir sur les principaux enseignements tirés de l’expérimentation du projet.

Des livre à soi est un programme original de médiation et de « formation » des parents à la littérature jeunesse dans les structures sociales de proximité, formation qui propose une série d’ateliers menés par des acteurs de terrain, autour des différentes formes d’albums, leur permettant de s’investir ensuite pleinement dans l’acte de lecture partagée avec leurs enfants.

Cette rencontre, qui a réuni près d’une centaine de personnes, a offert un véritable temps de réflexion et de témoignages de la part des acteurs du dispositif sur leur travail au quotidien. En plus des animateurs du projet, cette réunion a donné la parole à des professionnels issues des champs culturels et des universitaires venus rendre compte de leurs analyses au regard des enjeux sociétaux et culturels de l’action.

Sont intervenus  :

Thierry Claeer, chef du bureau de la lecture publique (Ministère de la culture)
Carlo Barone, professeur de sociologie à Sciences-Po Paris
Éric Nédelec, coordonnateur National de l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme (l’ANLCI)
Emmanuel Têtedoie, Directeur adjoint de la culture, Ville de Lorient
Benoit Sallé, animateur socioculturel à Reims
Ikram Hamdaoui, référente familles en Centre social à Bondy
Sylvie Vassallo, directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis

Des ateliers portant à la fois sur la mise en oeuvre du projet et sur la pérennisation de l’action ont également permis des échanges constructifs entre les acteurs du projets.

Ces ateliers se sont concentrés sur les conditions de démarrage, méthodes, règles et bonnes pratiques de mise en œuvre de l’action, là où elle est programmée ou vient de s’enclencher et d’informer sur les possibilités de travail en réseau, outils, ressources  utiles pour poursuivre et pérenniser Des livres à soi là où l’action s’est déjà réalisée notamment grâce au réseau social du Salon :  Kibookin et la création d’un groupe de discussion privé et réservé, exclusivement dédié à l’action.

Kibookin, un outil sur mesure

Ce réseau social pensé par le Salon du livre et de la presse jeunesse souhaite réunir les acteurs du livre jeunesse autour d’un outil commun et simple d’utilisation. Kibookin permet dorénavant aux acteurs du dispositif Des Livres à soi de se retrouver et d’échanger conseils, documents et informations sur sa plateforme.
Accéder au réseau

Des carnets spécialement créés pour les parents et pour les professionnels
Pour faciliter le suivi de l’action engagée dans chaque structure, à la fois par les professionnels et les parents, des carnets ont été spécialement conçus et édités :
Un carnet du médiateur contenant des conseils et des outils pour la mise en oeuvre et le suivi de chaque étape du projet.
Un album des familles leur permettant de suivre pas à pas les ateliers proposés, consigner leurs impressions, désigner leurs albums préférés…
Un imagier pour lire ensemble illustrant multiples façons de lire : seul, à plusieurs, chez soi, en extérieur…

 

Le dispositif « Des Livres à Soi »

Fin 2017, le dispositif « Des livres à soi » s’étendait à 27 quartiers prioritaires de 18 villes, pour moitié en province. 46 structures sociales et de l’enfance en étaient opératrices avec 31 bibliothèques et librairies indépendantes associées. 158 professionnels ont dans ce cadre pris part à près de 90 sessions de formation. Celles-ci leur ont permis de réaliser les ateliers-parents qui ont accueilli plus de 350 mamans et papas de 939 enfants, tous bénéficiaires directs du projet.

Cette action, qui prévient l’illettrisme renforce la place du livre dans les structures sociales de proximité. Dans chaque quartier, la mise en œuvre du projet comprend une formation des acteurs de l’enfance et du champ social. Ces derniers intègrent le livre dans leur pratique professionnelle et deviennent les médiateurs qui permettent aux parents de s’approprier la littérature de jeunesse.

En visant les parents, plus particulièrement ceux en grande difficulté de lecture (analphabétisme, illettrisme, de culture non francophone), Des livres à soi  privilégie un public qui se tient à l’écart des bibliothèques et des librairies et, de ce fait, peu susceptible d’être touché par les politiques de lectures publique.