PépitesAfficher le menu

Top 3 et bonnes lectures : livres illustrés

Chaque mois, un comité de lecture dédié aux livres illustrés explore l’actualité éditoriale. Régulièrement, il vous propose un choix de titres parmi les plus remarqués : avec un “Top 3” et des bonnes lectures à découvrir.

  • Plus de 300 albums pour cette rentrée littéraire !

    Voici le choix du comité : quelque 25 titres, francophones et traduits, récemment publiés ou à paraître avant la fin octobre.

    Cette sélection ne tient pas compte des titres à venir en novembre…
    Rendez-vous juste avant le Salon pour découvrir les toutes dernières nouveautés.

  • Les Cailloux

    D’Élea Dos Santos (Chandeigne). Sortie le 18 octobre 2018

    Un récit simple et sans mots, sur les aléas de la vie d’un petit être sociable et naïf qui n’est pas de la même couleur que ses voisins. Que faire des pierres que l’on nous jette ? Telle est la question posée par ce petit bonhomme violet, qui, avec ses gestes, nous montre comment il choisit de se construire, de se lier avec l’autre, d’accueillir et de pardonner.

  • La Forêt

    de Roccardo Bozzi, Violeta Lópiz et Valerio Vidali (Gallimard). Traduit de l’italien par Faustina Fiore

    Des randonneurs découvrent une forêt. En la traversant, ils apprennent à s’y adapter et développent des comportements utiles pour leur survie et leur confort. Au fur et à mesure de leur parcours, elle se transforme. Petit bois de pins au début, elle devient une forêt luxuriante habitée par de nombreux animaux, puis les arbres deviennent plus rares, la pente plus raide et la terre plus aride. Au bout du chemin, il y a un précipice, que même le plus expérimenté des randonneurs ne peut éviter. Ce qu’il y a au-delà est un mystère. Certains parlent d’un petit bois de jeunes pins.

  • Le Loup, le Canard et la Souris

    De Mac Barnett et Jon Klassen (Pastel). Traduit de l’anglais par Alain Gnaedig.

    Un petit matin, une souris croisa un loup. Le loup la dévora vite fait.
    « Pauvre de moi ! Je suis coincée dans le ventre de la bête. C’est la fin ! » C’était sans compter la présence d’un canard, joliment installé malgré le peu de lumière, préparant un dîner aux chandelles et une petite danse pour son invitée.
    « Je vis très bien ici. J’ai peut-être été avalé, mais je n’ai aucune intention d’être mangé ! »

  • Promenons-nous dans la nature

    d’IK & SK (Père Castor)

  • Pablo et Floyd sur le Bord de l’Invisible

    De Michel Gavin (Rouergue)

  • L’Ours contre la Montre

    De Joëlle Jolivet et Jean-Luc Fromental (Hélium). Sortie le 3 octobre 2018

  • Nino dans tous ses états

    De Susanna Mattiangeli et Mariachiara Di Giorgio (Casterman). Traduit de l’italien par Camille Giordanni-Gaffet

  • Mon grand papa

    De Mari Kanstad Johnsen (Cambourakis). Traduit du norvégien par Marie Valera)

  • Animal Totem

    D’Agnès Domergue et Clémence Pollet (HongFei)

  • À moi

    De Marine Rivoal (Rouergue). Sortie le 26 septembre 2018

  • L'appel de la lune

    D’Elis Wilk (Versant Sud)

  • À travers

    De Tom Haugomat (Thierry Magnier)

  • Chère toi que je ne connais pas

    D’Isabel Pin (Hélium)

  • Et puis

    d’Icinori (Albin Michel). Sortie le 3 octobre 2018

  • La traque

    De Sara (Thierry Magnier)

  • Les riches heures de Jacominus Gainsborough

    De Rébecca Dautremer (Sarbacane). Sortie le 3 octobre 2018

  • les coiffeurs des étoiles

    De Jeanne Macaigne (MeMo)

  • Ma maison

    De Laëtitia Bourget et Alice Gravier (Les Grandes Personnes). Sortie le 4 octobre 2018.

  • D’une petite graine verte

    De Mathias Friman (Les Fourmis Rouges)

  • Les Sentiers perdus

    De Stéphanie Demasse-Pottier et Mathilde Poncet (Hélium)

  • Une Histoire très en retard

    De Marianna Coppo (Seuil). Traduit de l’italien par Elsa Whyte

  • Nous étions dix

    De Nine Antico (Albin Michel)

  • La ruée vers l'art

    De Clémence Simon (DADA)

  • TOP 3 - JUILLET 2018
  • Chasseurs de dents

    De Cho Won-Hee, (Cambourakis). Traduit du coréen par Hyeli Kim

    L’avis de Valérie Maeder, du SLPJ

    L’album s’ouvre sur une scène de chasse : une troupe armée d’éléphants se lance à la poursuite d’un enfant, le crible de flèches et lui vole ses dents pour les transformer en pipes, bijoux ou autres objets de décoration en ivoire. Mais où se trouve cet inquiétant pays ? La situation n’est-elle pas d’habitude inverse ?
    Cho Won-Hee plonge ses lecteurs dans un univers sombre et étrange pour sensibiliser à la question de la sauvegarde des éléphants, chassés pour leurs défenses d’ivoire. La force de cet album réside dans sa très grande économie de mots, qui n’apparaissent qu’à la toute fin du récit : s’appuyant essentiellement sur la force des images, l’auteur évite tout discours moralisateur. Bien mieux que cela, il donne à penser.

  • Les koalas ne lisent pas de livres / Les grizzlis ne s’arrêtent jamais

    De Anne Herbauts (Esperluète éditions)

    L’avis de Florence, de l’émission « Des cailloux dans l’engrenage » sur Radio
    Libertaire.

    La page du dos de couverture attache les deux livres tête-bêche qui peuvent se regarder se regarder séparément ou en même temps. Astucieux !
    Tendresse, fraîcheur et clarté des dessins au crayon, dont seuls quelques objets sont coloriés. Un album ne comporte qu’un nom commun face à chaque illustration, non
    redondante. Pour l’autre album, c’est un verbe à l’infinitif. Chaque thème quotidien suscite la phrase et questionne l’enfant en cours d’apprentissage du langage. Sans aucun didactisme,ce livre double est précieux pour la maison, la crèche,les classes spécialisées ou pour les allophones.

  • Une super histoire de cow-boy

    De Delphine Perret (Les Fourmis rouges)

    L’avis de Stéphanie Khoury, du réseau de lecture publique de Colombes

    Savez-vous ce que fait un cow-boy de ses journées ? Du moins, croyez-vous le savoir ?
    Cet album présente aux petits et grands enfants l’emploi du temps quotidien d’un cow-boy, sans rien cacher ! Les bagarres et les violences de ces héros sont décrites… et presque montrées à tous ! Le texte, en page de gauche, est contredit par l’illustration à droite – et, au bas de chaque dessin, l’explication du choix artistique, directement adressée aux lecteurs, de ne pas représenter ce qui est décrit. L’audace de Delphine Perrret rend possible la présence de brosses à dents et d’autruches dans une histoire de cow-boy !
    Et ça, l’aviez-vous déjà vu ?

  • Tête-bêche

    D’Adriadne Breton-Hourcq et Laurence Lagier (Éditions MeMo)

    L’avis de Camille Olivas, du SLPJ

    Tête-bêche est un imagier étonnant sur un sujet tout aussi surprenant : l’agriculture sauvage, pratique rendue célèbre par le japonais Masanobu Fukuoka, dont le principe est de cultiver la terre tout en diminuant au maximum l’intervention de l’Homme.
    L’élaboration graphique d’Adriadne Breton Hourcq et Laurence Lagier, assemblage original de formes géométriques basiques et de couleurs épurées, crée un univers immersif, un jardin paisible, que chaque lecteur pourra s’approprier à sa manière, selon son imaginaire.

  • Le vent se lève

    De Marie Saarbach (Seuil)

    L’avis de Françoise de Villers, journaliste free-lance, spécialiste des sujets de l’enfance.

    Le ciel, un arbre, une maison, la pelouse, un chien, un enfant au soleil …Mais peu à peu le soleil se cache, le temps se gâte et le vent se lève : tonnerre, éclairs et pluie. De page en page le petit lecteur observe les détails du même décor métamorphosés par l’orage, jusqu’à l’arrivée de l’arc en ciel. Un album délicat à contempler, à scruter. Un texte minimal et dès la couverture, des illustrations chaudes et stylisées qui parlent joliment des surprises du ciel, l’été.

  • BONNES LECTURES - JUILLET 2018
  • L’arbre à fleurs de papier

    De Jacqueline Ayer (Mango). Traduit de l’anglais par Camille Rouvray

  • Big Bang Pop !

    De Claire Cantais (L’Atelier du Poisson soluble)

  • Bolide

    De Charline Collette (L’Articho)

  • Le Capitaine au long cours

    De Jean-Michel Billioud et Pauline Martin (Gallimard)

  • Le Cerf-volant de Toshiro

    Ghislaine Roman et Stéphane Nicolet (Nathan)

  • Farwest

    De Peter Eliott et Kitty Crowther (L’école des loisirs)

  • Un géant débarque à Paris

    De Ginevra Dondina et Emiliano Mattia Fadda (Rue du Monde). Adapté de l’italien par Corinne Giardi et Alain Serres

  • Gogolplex : le plus grand nombre du monde ?

    De Magnus Holm et Rune Markhus.Traduit du norvégien par Marie Valéra.(Cambourakis)

  • Ils arrivent

    De Sylvie Neeman et Albertine (La Joie de Lire)

  • Pas de géant

    D’Anaïs Lambert (Les Éditions des Éléphants)

  • Les petites patates

    De Charles Paulsson (Gallimard)

  • Tout le monde dort ?

    D’Audrey Poussier (L’école des loisirs)

  • Tout rond

    De Joyce Sidman et Taeeun Yoo (Circonflexe)

  • Zette et Zotte à l’uzine

    D’Elsa Valentin et Fabienne Cinquin (L’Atelier du Poisson soluble)

  • TOP 3 - JUIN 2018
  • Duel au soleil

    De Manuel Marsol (L’Agrume)

    L’avis d’Alice Théaudière, animatrice BCD en élémentaire à l’école La Fontaine d’Issy les Moulineaux et bloggeuse.

    Un cow-boy et un indien face à face, de part et d’autre d’une rivière, au cœur d’un désert brûlant. Un sérieux duel se prépare, mais de nombreux contretemps retardent l’affrontement : un oiseau, un nuage, un train, des chevaux… puis finalement un gigantesque bison.

    Est-ce-que le duel aura lieu ?

    Un album lumineux, très visuel, presque sans texte, aux nombreuses références cinématographiques. Le lecteur assiste à un western, générique de début et de fin compris. C’est un régal accompagné d’une touche d’humour.

  • Panthera Tigris

    De Sylvain Alzial et Hélène Rajack (Rouergue)

    L’avis de Sophie de Ratuld, comédienne.

    Un grand savant très érudit réalise qu’il ne connaît rien du tigre du Bengale.
    Muni de ses planches d’études détaillées, il entreprend une expédition dans la jungle indienne, accompagné d’un jeune guide originaire des lieux. À mesure de sa progression dans une jungle colorée de touches orange, le savoir encyclopédique auquel se réfère sans cesse le savant se confronte à la réalité du terrain et à l’expérience du jeune homme qui, en vain, tente de l’avertir du danger. Au final un tigre orange vif jaillit et bouscule le cadre soigneusement organisé jusque là.
    Avec délicatesse et humour, cet album, très bien construit, séduit autant par le message subtil de son propos que par son illustration inspirée et sa relation texte/images.

  • La vie ne me fait pas peur

    De Maya Angelou et Géraldine Alibeu (Seghers). Traduit de l’anglais par Santiago Artozqui.

    L’avis de Stéphanie Khoury, du réseau de lecture publique de Colombes

    Un poème adapté en album dans une collection bilingue : c’est le pari réussi de la nouvelle collection de Seghers jeunesse.
    La Vie ne me fait pas peur, extrait du poème And Still I Rise de 1978 de la poétesse et militante Maya Angelou, est un bijou d’une grande force.
    Il y a quelque chose qui touche au cœur des peurs de l’enfance – et qui les rassure. L’héroïne énumère de quoi faire trembler même le plus solide des adultes, des durs qui se bagarrent, des animaux sauvages, de méchants camarades d’école… Un refrain guide chaque page : « Ils ne me font pas peur du tout ». Les illustrations de Géraldine Alibeu, aux couleurs chaudes, les jeux de regards efficaces de ses personnages, servent avec brio et douceur le propos de cette aventure poétique.

  • BONNES LECTURES - JUIN 2018
  • Le Rendez-vous de Monsieur Chat

    De Marie Poirier (Les Grandes Personnes)

  • Lignes

    De Suzy Lee (Les Grandes Personnes). Traduit de l’anglais

  • Jouer dehors

    De Laurent Moreau (hélium)

  • Enfin avec ma mamie

    De Taro Gomi (Nobi Nobi). Traduit du japonais par Fédoua Lamodière

  • Comment élever un Raymond

    D’Agnès de Lestrade et Marie Dorléans (Sarbacane)

  • Clic et Cloc

    D’Estelle Billon-Spagnol (Talents Hauts)

  • 1 temps

    D’Henri Meunier et Aurore Petit (Rouergue)

  • TOP 3 - FÉVRIER - MARS 2018
  • Une journée de bûcheron

    d’Arnaud Nebbache (Kilowatt)

    L’avis de Julien Renon, comédien

    Pour des raisons de sécurité un bûcheron doit abattre un arbre qui se trouve être la maison d’un écureuil. Que faire ? Que va devenir le petit animal ?
    Dans cette histoire aux couleurs flamboyantes de l’automne, Arnaud Nebbache nous invite à explorer la vie de la forêt et de ses habitants, le métier de bûcheron et ses responsabilités. Le monde des arbres nous devient plus familier au fil du récit.
    Cette fable douce est aussi une balade instructive, poétique et écologique que l’on a grand plaisir à mener.

  • La Montagne

    de Manuel Marsol et Carmen Chica (Éditions Les fourmis rouges). Traduit de l’espagnol

    L’avis de Françoise de Villers, journaliste free-lance, spécialiste des sujets de l’enfance

    Un chauffeur routier s’arrête à la lisière d’une forêt dans la montagne, et s’y perd. Pourquoi ? A vous de le deviner…
    Seul au milieu des grands arbres, il s’aventure, envoûté par le paysage, côtoyant cerfs, lapins, écureuils. Il imagine (ou il voit vraiment) un malicieux petit yéti noir qui le guide. Peu à peu, l’homme se métamorphose, se fond littéralement dans la nature, la rivière, les arbres et jubile… Les bêtes de la montagne deviennent fantastiques. Des illustrations somptueuses et joyeusement délirantes nous font ainsi glisser vers le merveilleux. Un étrange univers bucolique qui révèle en douceur ce que les enfants sont capables d’imaginer dans un paysage…, mais que les adultes ne savent pas voir.

  • Tout doux

    de Gaëtan Dorémus (Rouergue)

    L’avis de Nathalie Donikian, Salon du livre et de la presse jeunesse

    Du bleu, du rouge, du froid, du chaud … Quand un ours polaire, victime des rayons du soleil, s’échappe de son igloo douillet et est accueilli par une ourse beaucoup moins polaire qui va le réchauffer… Du bleu, du rouge qui se mélangent à peine, se côtoient et vivent ensemble le temps de trois saisons… L’automne voit naître, alors, « Tiedy Bear », mi l’un, mi l’autre, pour le plus grand bonheur de ses parents. Un album, parfaitement maîtrisé, tout en rondeur et en émotion pour évoquer le réchauffement climatique, les saisons, l’amour et la tendresse… Le jeu entre les couleurs et leurs nuances fonctionne à merveille, jusqu’à cette dernière page blanche qui ne demande qu’à se colorer un peu, beaucoup, passionnément…

  • BONNES LECTURES - FÉVRIER - MARS 2018
  • Le Jardin invisible

    de Valérie Picard et Marianne Ferrer (Belin jeunesse)

  • Ombres

    de Marta Monteiro (La Joie de Lire). Traduit du portugais

  • Le Petit Poisson rouge

    de Taeeun Yoo (Kaléidoscope). Traduit de l’anglais par Camille Guénot.

  • Pompon ours dans les bois

    de Benjamin Chaud (hélium)

  • Timoto sait déjà bientôt nager

    de Rémi Courgeon (Nathan jeunesse)

  • Toi-même

    de Marion Duval (Albin Michel jeunesse)

  • La tortue a besoin de nous

    de Chihiro Nakagawa et Junji Koyose (Rue du monde). Adaptation du texte en français par Alain Serres

  • TOP 3 - DECEMBRE 2017/FÉVRIER 2018
  • La Forêt en mon coeur

    d’Adolfo Serra , Balivernes

    Un enfant rêve au bord de l’eau quand soudain une étrange créature le prend par la main. Tous deux traversent la forêt pour se retrouver parmi la foule compacte et impersonnelle d’une ville sans âme… Petit garçon deviendra grand quand il aura fait le chemin du retour pour devenir le mentor d’une petite fille qu’il accompagnera également. Un bel hymne aux facultés mystérieuses de la nature dans cet album à l’encre et à l’aquarelle.

  • Le Tracas de Blaise

    de Raphaële Frier, et Julien Martinière L’atelier du poisson soluble

    Sacré Blaise qui, de jour en jour, se voit métamorphosé mais continue de se rendre sans trop de tracas au travail… Une vie bien réglée, subtilement déréglée se déroule sous nos yeux ébahis ! Quelques notes de fantastique, une belle dose de couleurs oniriques et chatoyantes pour révéler l’ours qui est en nous – celui par qui le bonheur arrive !

  • Une histoire grande comme la main

    d’Anne Herbauts, Casterman

    Cinq doigts comme autant d’histoires pour prôner le pouvoir de l’imagination, le temps qui passe et s’efface, la force surnaturelle de la nature… Anne Herbauts signe, avec toujours autant de grâce et de poésie, un album au graphisme délicat, aux lignes d’écriture sensibles qui mènent sur les chemins hasardeux de la vie rêvée !

  • BONNES LECTURES - DECEMBRE 2017/FÉVRIER 2018
  • A+1 = un alphabet à compter

    de Bruno Gibert, Saltimbanque

  • Attention chien méchant

    de Bastien Vivès, Casterman

  • J'aime pas mes cheveux !

    de Nathalie Azoulai et Victoire de Castellane, Albin Michel jeunesse

  • La Louve et l'Anglais

    de Didier Lévy et Tiziana Romanin, Sarbacane

  • Le Petit Chaperon rouge : mon livre-frise

    de Sergio Garcia Sanchez et Lola Moral, P’tit Glénat

  • Mots

    de Christoph Niemann, L’école des loisirs

  • Petites Histoires de nuits

    de Kitty Crowther, Pastel

  • Un tout petit silence bleu

    de Alain Serres et Sandra Poirot Cherif, Rue du Monde