Afficher le menu
L’Éloge de la lenteur : face aux écrans

L’Éloge de la lenteur : face aux écrans

Bruno Gibert et Vincent Villeminot ont un rapport au temps différent mais acceptent le défi, pour l'attention, que doit mener la lecture face aux écrans.

Bruno Gibert

Auteur-illustrateur

« Lire un livre ce n’est parfois pas plus long que de regarder un film. Au contraire, un livre peut être un accélérateur de pensée, il peut être très excitant et donner beaucoup d’énergie : certains livres mettent dans tous ses états ! Je ne veux pas y voir de ramollissement. Je ne suis pas quelqu’un de contemplatif.

On dit que les enfants n’auraient plus trop de pouvoir de concentration avec la multiplicité des écrans. Or si l’enfant décroche au milieu du livre, surtout s’il est court, ce n’est peut-être pas son problème à lui, c’est plutôt de ma faute à moi. »

Toute une vie (en chiffres), Actes Sud Junior, octobre 2019
Autres titres : Tout en rimes : 20 pensées à compléter, Seuil Jeunesse, 2019 / Le lapin qui ne disait rien, Sarbacane, 2019

 

Vincent Villeminot

Auteur

« Lire a toujours été politique, mais je crois que cela prend un tour différent à chaque époque, selon que l’écriture, la lecture, sont des narrations principales ou des narrations minoritaire, voire subversives. Aujourd’hui, c’est minoritaire, et subversif si ça ne se soumet pas aux codes dominants.

J’ai le sentiment que ce qui fait peur, c’est que celui à qui l’on s’adresse décroche. Pendant le récit, il n’y a alors jamais de temps mort, de la même façon que pendant un match de foot, il y a sans cesse des ralentis quand le jeu s’arrête. Moi, je n’en ai pas peur. J’aime le temps mort, je joue avec, car c’est le moment où l’intériorité peut se questionner.

Pour moi, le rôle du roman, c’est la désillusion. Parfois, elle est brutale, évidente. Parfois, elle demande du temps, elle demande de prendre le temps de regarder toute l’histoire… En jeunesse, le lent m’intéresse doublement, parce que je m’adresse en adulte à des lecteurs qui ont parfois moins eu de temps que moi… »

Nous sommes l’étincelle, PKJ, 2019
Autres titres : Kong-Kong (Tome 2) : Un singe pour la vie, ill. Yann Autret, Casterman, novembre 2019 / Hôtel des frissons (Tome 6) : À table, ill. Joëlle Dreidemy, Nathan, octobre 2019 / Ciao Bianco, Fleurus, 2019