Afficher le menu
L’Éloge de la lenteur : nouvelles générations

L’Éloge de la lenteur : nouvelles générations

Julie Bernard et Jérôme Leroy pensent avant tout au rapport au temps qu'entretiennent les nouvelles générations, et donc forcément, à la lenteur.

Julie Bernard

Autrice-illustratrice

« La thématique de l’éloge de la lenteur rejoint mon intérêt personnel pour l’insularité : l’île comme lieu de prédilection de la lenteur et du rêve. Un lieu originel permettant de se retirer du monde, de retrouver les sensations perdues. Mon travail prône bien souvent ce retour à la nature et tente de former une limite à la démesure humaine. Aborder ce nouveau rapport au temps dans la création pour la jeunesse peut mener les générations futures à repenser notre mode de vie et à se libérer d’une pression sociale où le temps devient synonyme d’angoisses et d’artifices.

L’objet livre est une formidable invitation à la lenteur. Plus méditatif et plus proche du temps de la page, l’espace du livre, à l’instar d’une île permet de se retirer, de trouver refuge. En quelque sorte d’arrêter le temps et de regarder le monde à travers lui. »

Robinson et l’Arbre de vie, texte Alain Serres, Rue du Monde, novembre 2019

 

Jérôme Leroy

Auteur

« Je pense que c’est très intéressant d’aborder le thème de l’éloge de la lenteur dans les livres pour enfants parce que nous sommes presque déjà à la deuxième génération d’enfants pour qui la connexion instantanée et permanente au monde va de soi. C’est une thématique consciente dans mon travail dans la mesure où j’invite souvent à réfléchir sur ce que signifie une époque où toute la technologie est fondée sur une rapidité toujours plus grande. »

Lou, après tout (Tome 1 et 2), Syros, 2019