Afficher le menu
L’Éloge de la lenteur : résistance

L’Éloge de la lenteur : résistance

Pour Alexis Horellou, Delphine Le Lay et Bruno Doucey, le thème de cette 35e édition est un enjeu de société.

Alexis Horellou et Delphine Le Lay

Dessinateur / Autrice

« L’éloge de la lenteur est une thématique consciente dans notre travail et au-delà dans notre vie quotidienne. Nous pensons nécessaire de faire éprouver la lenteur aux enfants, de les confronter à des choses calmes. Dans la création, ça ne passera pas forcément par le sujet en tant que tel mais plutôt par la façon de faire. Passer un moment tranquille face à une œuvre quelle qu’elle soit est bon pour la sérénité et l’ouverture d’esprit.

C’est le devoir de la création en général de se questionner et de livrer un point de vue sur son environnement, son époque. En ce qui nous concerne, nous avons choisi, avec « Lucien », de nous adresser à la jeunesse pour aller vers un public non initié. Les enfants ne sont pas complètement formatés. Et une vie respectueuse du vivant est finalement bien plus ludique que l’avenir que la société leur propose. Autant qu’il le sache le plus tôt possible. »

Pas de gachis !, La Ville Brûle, novembre 2019

 

Bruno Doucey

Auteur-illustrateur

« Je pense à nos existences à flux tendu, harcelées par l’urgence, tyrannisées par l’immédiateté, menacées par l’ultimatum des deadlines, secouées par l’accélération permanente des rythmes de vie. Je pense aux enfants qui naissent et grandissent dans ce monde… À nous de leur faire sentir, sous le tic-tac de l’urgence, le temps de la graine qui végète en terre, celui de la fleur qui éclot, celui de l’ours en hibernation, celui de la rouille qui se dépose, celui du ruissellement de l’eau. Faire l’éloge de la lenteur, c’est réapprendre à loger la lenteur dans nos vies, faire une place à sa dissidence créatrice. Prendre son temps, c’est entrer en résistance.

La lenteur n’est pas seulement une thématique consciente de mon travail. Elle est la condition même de ce travail. Pour preuve, ces histoires, ces poèmes qui n’en finissent pas de dire ce qu’ils ont à dire, longtemps après avoir été écrits. »

Petit Éloge de la lenteur, dessins Zaü, Le Calicot, octobre 2019
Autre titre : La vie est belle, ill. Nathalie Novi, Collection Poés’histoires, Éditions Bruno Doucey, octobre 2019